Le TSSJS Europe se tient à Prague cette année, du 18 au 20 juin. Les thèmes majeurs proposés sont assez alléchants, jugez-en:

  • les frameworks web (spring, struts, JSF)
  • les nouveaux langages de l'écosystème java (groovy/grails, scala, jruby)
  • les nouvelles versions de spécs (JEE 6, EJB 3.1, JPA 2.0)
  • concurrence, performance, scalabilité
  • SOA

A part quelques événements communs (keynotes, etc) il y a en général 3 sessions simultanées, ce qui rend parfois le choix cruel...

Le premier keynote "Supporting RIA space" est délivré par Stephan Janssen, le fondateur et président du BeJUG, fondateur de JavaPolis et de parleys.com, un site qui met en ligne des conférences filmées avec les slides synchronisées. C'est ce site qui lui servira de support pour tester différentes technologies RIA dont il nous fera part...

Premier point délicat: définir une application RIA... Pour la petite histoire le mot a parait-il été inventé par Macromedia, et donc absorbé par Adobe. Mais ça ne nous avance pas. Un application RIA c'est une application Riche (mais pas tout à fait comme une application desktop), et qui utilise Internet (mais pas forcément tout le temps)...

Bref l'éventail est grand, RIA encore mal cerné, et les technologies qui permettent de faire du RIA innombrables. Stephan en a retenu quelques unes et a expérimenté le portage du site parleys.com sur ces technos.

  1. le site original, HTML, rien à dire
  2. refactoring en DHTML/JavaScript avec Scriptaculous. Conclusion: il faut un doctorat en JavaScript, et la compatibilité cross-platform est un enfer... (quelle surprise!)
  3. GWT: développement et debugging agréable en Java avec les outils Java, support du bouton back, et "99% cross platform" ( un seul if/then dans tout le code). Un seul point noir est relevé par Stephan: le site n'est pas indexé correctement par Google!
  4. Flex: le résultat est extrêmement semblable à GWT, avec un peu plus d'"eye candy", transitions animées et choses similaires. Techno mature, mais l'indexation Google est inexistante, sauf à utiliser des artifices (redirections)
  5. JavaFX: résultat sexy style Flex, avec en plus la possibilité d'utiliser le Java existant. Pas de support Mac...

Au final le site actuel est la version Flex, avec intégration AIR, mais on note bien que GWT n'a reçu que des éloges...

Deuxième conf, là il faut choisir... JSF? qui utilise encore JSF... JPA/Hibernate? déjà fait... Je reste donc dans la salle principale pour entendre Costin Leau (SpringSource) parler de "Spring Dynamic Modules".

On le sait, Java ne gère pas les versions des classes ou le remplacement dynamique, et il est impossible à deux versions d'une même classe de coexister. OSGi fournit une solution, en définissant une notion de "module" ou "bundle", qui est simplement un ensemble de classes, auquel s'appliquent les notions de

  • cycle de vie
  • "class space"
  • règles de visibilité
  • versionnage

Un service au sens OSGi c'est simplement une classe, un POJO qui exporte des méthodes au travers de la visibilité. Le reste est caché de l'extérieur, ce qui permet à plusieurs versions de cohabiter sans conflit. Spring 2.5 sera OSGi-compliant et intègrera la notion de bundle. On pourra également réagir aux événements qui affectent le cycle de vie des services (création, suppression, etc). Les dépendences OSGi sont localisées dans le contexte Spring, et non dans le code.

Au final cela semble très prometteur, reste à voir dans quelle mesure cela s'appliquera à nos développements. Annoncé également, la sortie du futur S2AP, SpringSource Application Platform... Pas plus de détails là-dessus.

Deuxième session de la matinée: monitoring, management sur la plateforme Java 6, par J-F Denise, responsable JSR 262 chez Sun.

Beaucoup de rappels sur JMX et les MBeans, l'agent JMX, l'agent remote... Depuis Java 5, l'outil JConsole est fourni avec le JDK et permet d'interroger une JVM qui tourne, y compris des MBeans. C'est une bonne chose de le rappeler, car le JDK est fourni avec beaucoup d'outils trop peu connus, car pour beaucoup l'IDE est la seule interface qui existe avec Java.

Implémenter un MBean est simple (juste une interface), mais peut poser des problèmes: si le MBean retourne un type composite sous forme d'une classe maison, il faut que le client JMX dispose de cette classe aussi dans son classpath !! Pour relaxer cette contrainte, Sun introduit les MXBeans, qui permettent de faire cela, et via un mécanisme interne, transforment les objets complexes sérialisés en des classes standard qui peuvent être lues par le client sans modification de son classpath.

Autres outils fournis avec le JDK 6: jps, jmap, jhat, jinfo... Et un nouvel outil qui ne fait pas à proprement parler du JDK: jvisualvm. C'est un outil intégré et extensible de troubleshooting, fonctionant avec des plugins, et qui regroupe les fonctionnalités éclatées dans divers outils... La RC1 est disponible depuis le 6 mai.

Avant de manger, un keynote par Nati Shalom de GigaSpaces "Getting ready for the cloud". Il s'agit en fait de 40 minutes de marketing pendant lesquelles le message est martelé sur tous les tons: vos applications ne sont pas scalables, parce que bâties sur des silos. La solution: remplacer les silos par un "cloud", une plateforme qui virtualise les 3 tiers habituels (middleware virtualization) et qui est la seule à pouvoir assurer le "scaling on-demand". Et comme par hasard, GigaSpaces a un framework qui le permet. OK, le message est passé.

Déjeuner avec un lance-pierre, pas le temps de digérer on attaque l'après-midi. Eh non, après avoir erré dans les coursives, je me rends compte que la conf qui m'intéressait (Comparing Dependancy Frameworks) est annulée... J'assiste sans conviction à un case study "Using JSR-272 and Spring for a Monetary System".

Ensuite, encore un dilemme: Holly Cummins, spécialiste des outils de diagnostic chez IBM (au style capillaire improbable), présente "Java Performance Tooling", mais je choisis "Simplifying JEE Development with Grails" par Guillaume Laforge, project manager de Groovy.

L'idée de Grails c'est d'appliquer les principes de productivité de Ruby et Groovy, tout en s'appuyant sur les bibliothèques et infrastructures existantes (Java, Spring, Hibernate, servlet containers, etc.). Par exemple, Grails génère un WAR, qui peut être déployé tel quel sur un serveur d'applications. Grails utilise GORM, un ORM bâti sur Hibernate, WebFlow, domain-specific languages, GSP (un équivalent de JSP), supporte des plugins, et nécessite aussi peu de fichiers de configuration que possible grâce à des conventions de nommage.

La démo est impressionnante, en quelques lignes et en live Guillaume crée deux classes, les relations entre elles, les tables correspondantes, les mappings relationnels, les finders, les controleurs, l'interface web... et redéploie sans redémarrer quoi que ce soit! Est-ce que ce serait Ruby on rails, avec la scalabilité et la puissance en plus??

Conf suivante, je choisis une prés de GlassFish, par Antonio Goncalves (Paris JUG). Pas grand chose à retenir, Glassfish est prêt pour la production, scalable, clusterisable, avec une belle interface d'administration (bon tous les gouts sont dans la nature). C'est l'implémentation de référence pour Java EE 5 et 6 et il est open source.

Plus intéressant, mais on ne s'étendra pas dessus, ce qui est annoncé pour la v3: un noyau ultra léger et ultra rapide (HK2: Hundred Kbyte Kernel), modulaire, avec des modules web, EJB, JRuby, PHP, JavaScript, etc. et le support OSGi! Bref, on reviendra.

Ouf, c'est fini, une bière, remise des prix du concours GigaSpaces/OpenSpaces... je discute avec le gagnant, un Brésilien qui a réalisé un projet pour la distribution des surplus alimentaires au Brésil (avec GWT en front!), l'occasion de pratiquer mon portugais :)

Demain la suite...