Si Silverlight 2 était sans doute une révolution sérieuse devant Silverlight 1.0 (une révolution qui se présente dans l’utilisation du XAML, code managé, Expression Blend…), la version 3 de Silverlight reste une étape timide mais logique qui montre une certaine maturité et stabilité de cette technologie, Silverlight 3 est donc la version clé, graphiquement (avec ces nombreux contrôles rajoutées et l’amélioration de Blend) et au niveau logique (surtout avec le framework .NET RIA Services) du coup on peut finalement développer des applications riches, dignes de ce nom, avec une productivité très élevée…Mais la concurrence et la volonté de répondre par «Yes we can» à certain fonctionnalités basique comme l’impression, la gestion des photos, la webcam, etc. pousse Microsoft à « retoucher » légèrement la définition d’un principe majeur de Silverlight : La sandbox. La sandbox est l’environnement d’exécution sécurisé et sous SL2 et SL3 pas question de toucher au matériels, un idéal qui devient réalité. Et selon Laurent Ellerbach, directeur marketing de la division plate-forme et écosystème: « Silverlight reste exécuté dans une sandbox, mais pourra au besoin requérir des droits utilisateurs plus élevés pour certaines de ses actions ». Avec ce relooking on peut donc répondre « Yes we can », notamment à la partie multimédia : photos numériques, webcam, clé USB, GPU… Mais pas avant mai ou juin 2010, date de la sortie officiel le de Silverlight 4 (voir toutes les nouveautés).

Silverlight 4 ne représente pas seulement une version très puissante avec de nombreuses nouvelles fonctionnalités mais un virage intéressant dans la philosophie de cette technologie.

Site officiel Silverlight 4

Demonstration Silverlight 4 PDC 2009