Mercredi dernier, j'ai passé la soirée dans les bureaux de Zenika pour assister à la conférence "outils du Product Owner pour maximiser le ROI" animée par Michel Goldenberg.

Malheureusement, car le sujet m'intéresse beaucoup, la discussion a divergé vers l'intérêt des estimations.

Ci-dessous, les exercices que Michel Goldenberg a eu le temps de nous présenter.

Comment arriver à une vision commune et obtenir un consensus ?

  1. définir le sujet de questionnement ;
  2. demander à chaque participant d'écrire sa réponse sur un post-it ;
  3. former des binômes ;
  4. demander à chaque binôme d'échanger leurs points de vue ;
  5. demander à chaque binôme de noter, d'un commun accord, leurs deux post-its pour arriver à une somme de cinq (cinq étant la meilleure note i.e. la définition remportant l'adhésion des deux membres du binôme) ;
  6. demander à chaque binôme d'échanger leurs post-its ;
  7. réitérer l'exercice à partir de l'étape trois jusqu'à ce que les post-its aient le même nombre de notes que de participants ;
  8. additionner les notes pour donner une note globale à chaque post-it.

La note globale d'un post-it révèle le degré d'adhésion des participants à ce qui est écrit dessus.

Durant cet exercice, nous avons vue se dégager un post-it particulièrement bien noté. Il s'agit du consensus. Puis un peloton de post-its un peu moins bien notés. Il s'agit de la vision commune. Et pour finir, deux post-its avec des notes très faibles. Il s'agit des visions marginales.

Comment déterminer l'intérêt d'une vision marginale ?

Les visions marginales ne sont pas nécessairement inintéressantes. Il est possible qu'elles soient seulement mal comprises. Pour répondre à cette question, nous avons utilisé l'exercice suivant :

  1. demander à chaque participant de marquer physiquement son adhésion ou non à la vision marginale, par exemple en divisant la salle de réunion en deux ;
  2. demander à une personne du groupe minoritaire, ceux adhérant à la vision marginale, d'expliquer son point de vue ;
  3. demander à chaque personne du groupe majoritaire si les éclaircissements apportés lui fait réviser sa position ;
  4. réitérer l'exercice à partir de l'étape deux jusqu'à ce que toutes les personnes du groupe minoritaire se soient exprimées ;
  5. conclure en fonction des migrations entre le groupe majoritaire et le groupe minoritaire.

Comment interviewer un client ?

L'objectif de l'interview est d'aider le client à définir et prioriser son besoin. Le client doit être acteur de l'interview. L'interviewer n'est là que pour aider le client à structurer son expression de besoin.

  1. demander au client d'écrire sur des post-its jusqu'à 5 fonctionnalités essentielles de son produit ;
  2. demander au client de prioriser les post-its en répartissant 15 points, une note élevée indiquant une priorité forte ;
  3. réitérer l'exercice jusqu'à atteindre la granularité souhaitée.

L'étape deux n'est pas toujours évidente. J'en ai fait l'expérience en mettant cet exercice en pratique le vendredi suivant la conférence. Le rôle de l'interviewer est alors de challenger le client pour qu'il sépare son besoin entre l'essentiel et le facultatif à force de questionnement.

Dernier conseil

Le PO doit également pousser l'équipe de développement à lui expliquer les stories ayant une forte complexité. Il pourra ainsi détecter les tâches ayant une forte complexité à cause d'un détail technique (e.g. : drag and drop, …). Le cas échéant, ils pourront étudier ensemble les alternatives envisageables.

Maximiser le ROI, c'est minimiser le travail inutile !