Ce 24 juin, j'ai assisté à un code retreat, organisé par Jean-Laurent de Morlhon et Simon Caplette, chez Xebia.
Avant de m'inscrire, je n'en connaissais pas le principe. Je me réfère donc à la définition donnée par les organisateurs :
"Le principe est le suivant: sur la journée coder en binôme sur plusieurs sessions de 30-45 minutes chacune afin de résoudre un problème. A l’issue de chaque session on change de binôme et tout le code produit est effacé. Drastique mais efficace pour rester créatif. C’est aussi le lieu privilégié pour tester de nouvelles techniques et algorithmes."
C'est un concept de coding dojo que je n'avais essayé, d'où mon envie de tester.

Le temps que tout le monde soit là et installé, un traditionnel petit déjeuner nous attendait.
Avant de commencer, l'organisation de la journée nous est présenté :
- Le but n'est pas de finir, mais de faire ce que l'on peut
- Par recommmencement on finit par s'améliorer, on cherche à améliorer la façon de faire.
- Une session est composé de 40 min de développement en pair programming et 20 min de débriefing général.
- Ici c'est différent du boulot, on a le temps, inutile de rusher. Nous sommes ici pour apprendre, tester d'autres façons de faire, essayer un autre langage ou un autre ide, découvrir des plugins d'ide, ...
- Procéder par TDD et suivi les principes de YAGNI. Si ce sont des pratiques que l'on ne fait pas au quotidien dans notre travail, c'est justement l'occasion de s'y exercer
- Une session est composé d'une partie de développement de 40 min en pair programming, suivi de 10-15 min de retrospective globale.
- Une retrospective globale en fin de journée

Souvent le jeu de la vie est utilisé en code retreat, ici pour changer ce sera TicTacToe dont les spécification nous sont fournis en 6 règles :
1/ Une partie est finie lorsque tous les champs sont pris.
2/ Une partie est finie lorsque une colonne est prise par un joueur.
3/ Une partie est finie lorsque une ligne est prise par un joueur.
4/ Une partie est finie lorsque une diagonale est prise par un joueur.
5/ Un joueur peut jouer lorsque un champ n'est pas pris.
6/ Les joueurs jouent à tour de role jusqu'à ce que la partie soit finie.

Au total, sur la journée 5 sessions auront lieu.


Session 1


Au bilan de cette première session, certains remonte l'usage de plugins Eclipse :
- Pair Hero : duels en pair programming où chacun code à tour de role jusqu'à ce qu'un test échoue. Des points sont gagnés en fonction de refacto ou rapidité à faire passer le clavier.
- Infinitest : lance les tests unitaire à chaque enregistrement du code, économise ainsi des switch test/code.
Beaucoup prennent les régles dans l'ordre, mais est ce bien utile ?
Quant à l'implémentation, le plateau est codé sous diverse forme : tableau à 2 dimensions, chaine simple, ...


Session 2


Les noms de classes eux aussi sont variés : TicTacToe, Party, Board, ... tout comme les méthodes de fin : checOver, isOver(), ....
Des questions sur le moment où refactorer se posent. Le mieux est quand on veux, quand celà nous semble un moment logique, une étape. Et il ne faut pas oublier que la refacto concerne aussi bien, le code métier que les tests.
Quelques personnes pense qu'ils ont introduit la notion de joueur trop tôt, ils auraient pu refactorer lorsqu'ils en auraients eu besoine.
Profitant de l'occasion de pouvoir refactorer, certains ont changé leur design, parfois avec regret. Mais y trouve tous l'avantage du recommencement, qu'ils ne peuvent pas faire au boulot.


Session 3


Quelqu'uns trouvent un avantage dans l'implémentation de recherche interne, pour une raison de facilité de recherche interne.
Pour la part, après 2 sessions orientée sur la détection de fin de partie, mon code était plutôt orienté vers la le tour par tour des joueurs.
Une problématique courante remonte : placer le jeu dans un état précis pour tester par exemple des configuration de plateau. Une solution possible serait d'avoir une méthode d'initialisation.
Les animateurs remontent qu'ils entendent parler d'architecture, mais qu'il s'agit là d'une notion bien poussée, car la seule voulue, c'est un simple jeu.

Pause repas


Après toutes ces aventures de la matinée, nous avons le droit à un repas geek : pizza/coca !
Pour l'apres midi, pour ceux qui souhaitent, on monte le niveau avec des objectifs :
- No Mouse : souris interdite, uniquement clavier.
- 5 min par personne : on alterne le clavier toutes les 5 minutes.
- Tdd as if you meant it : Tdd encore plus poussé avec des régles comme coder son code métier dans la classe de test.

Session 4


Pour cette session, 2 groupes ont testé un autre langage :
- JavaScript (Mathilde Lemée et Eric Le Merdy) : Utilisation de JQuery, structure de données portée par la page. QUnit ne semble pas super pour tester du js.
- Ioke (David Gageot et moi même) : Je ne connaissais absolument pas ce langage, j'ai donc était volontaire pour le découvrir. C'est un langage entre lisp, ruby et smalltalk qui tourne aussi bien sur une VM java que .Net. Nos tests sont assez très lisible, au contraire du code. En effet, de refacto en refacto et par jeu, nous avons réduit de façon très importante le code en utilisant toute la puissance du langage. Si bien que notre code pour les régles lignes et colonnes tient en 3 lignes.
Ceux qui avaient l'objectif, Tdd as if you meant it sont satisfaits, par le fait d'avoir pu repousser le moment de décider où placer son code.

Session 5


Le groupe JS a poursuivi ce qu'il avait commencé et nous montre leur réalisation. Le js a permit de connecter facilement à une ihm html, la structure de données est directement dans le dom plutôt que dans des objets js.
David a continué en Ioke avec un autre volontaire pour découvrir le langage. De nouvelles refacto ont eu lieu, et le code pour tester les 4 ères régles tiennent sur environ 6 lignes.
Nos animateurs nous montrent un exemple de Tdd as if you meant qu'ils avaient réalisé. Le retardement du choix du placement du code a fait qu'ils ont eu une approche fonctionnelle, où le modèle est sans état.
Et pour finir, ils énumèrent quelques possibilité de challenge possible en code retreat : No loop, No If, ...
Invonlontairement, ces 2 challenges ont été vaincus par David et son code en Ioke.


Debriefing de la journée


Nous finissons la journée sur une rétrospective finale sur ce que nous avons appris et ce qui sera pratiqué au retour au travail. Dans le désordre :
- Découverte du tdd et voir quelle limite dans l'approche du code nécessaire à faire passer le test.
- Le tdd permet de penser plus au fonctionnel.
- Necessité de plus pousser le principe de code minimal afin d'affiner ses tests.
- Réticence à Infinitest vaincu. Pour des tests volumineux, il est paramétrable.
- Un autre langage qui faire penser différement.
- Pair Hero assez plaisant
- Parfois on pense avoir résolu de manière optimale un problème mais après avoir recommencé avec une autre personne, on se rend compte que non.
- Progression dans les tests car parfois quasiment pas de tests dans les projets au boulot.
- Nouvelle vision à chaque fois.
- Du test fait mais pas tdd, ce qui fait une nouvel outil à utiliser.
- Il peut être utile d'avoir une phase de réflexion avant de se lancer dans les tests.
- Des discussions intéressantes.
- Passer plus de temps sur la refacto.




Un autre Code Retreat aura lieu le 2 juillet, avec Oana Juncu de Sfeir comme animatrice.
A l'heure actuelle, il reste quelques places dépéchez si vous être intéressés.